L´ Effet Humboldt: PARIS

Comparte

Ceci n´est pas un paysage: de la géographie des plantes à la géopolitique des plantations.

Ambassade de l’Equateur à Paris, France.
Décembre 12, 19h00
.

Le monde organique en tant qu’espace colonisé a été le théâtre des échanges, de l’acclimatation et de la traduction de milliers d’espèces depuis le XVe siècle. Un transit qui modifie la nourriture et le métabolisme des deux côtés de l’Atlantique. La nourriture et la pharmacopée ont été des composants fondamentaux de la production de la richesse capitaliste et, leur contrôle, un outil de domination et de dépossession. Actuellement, nous oscillons entre les luttes pour la défense de la biodiversité et la mise en place accélérée d’un régime biologique transgénique mondial. Ainsi, si ces changements étaient les symptômes qui traduisent un régime de surexploitation déjà normalisé, comment traduire ces symptômes à partir de pratiques culturelles, artistiques, pédagogiques et politiques?

Il existe un niveau normatif et de droits qui découle des revendications des communautés en Équateur et dans d’autres régions d’Amérique, tel que “les droits de la nature”, dans lequel opère un saut paradigmatique: la nature passe d´être un objet (études-extraction-consommation) à être un sujet de droits. Comment un paradigme tel que «les droits de la nature» peut-il mobiliser des débats critiques mondiaux dans le cadre de grands accords internationaux (les accords de libre-échange), les flux mondiaux de production et de circulation des biens et leurs effets sur le «changement climatique»?

La production de connaissances devrait impliquer un positionnement par rapport à ces flux, cependant un débat subsiste entre des connaissances instrumentalisées servant des intérêts ou le discours d’une science moderne et neutre qui se nourrirait. Nous revenons ensuite sur une heuristique des archives, des gestes et de la parole, qui prolonge la ligne historique jusqu’à une mémoire du présent, qui permette de comprendre la nature des textes qui nourrissent ces archives. Comment lire l’arc historique qui part du Codex Badiano (premier herbier de plantes médicinales indigènes mexicaines, 1552), passant par la géographie des plantes de Humboldt aux accords aboutissant à l’achat de Monsanto par Bayer ou à l’intensification des incendies en Amazonie et en Guaranie.

Programme
Modération: Ana Rodríguez Ludeña
Introduction: Fabiano Kueva, artiste (Traducteur: María José Jarrín)
Intervention: Marie-Noëlle Bourguet, historien, Université de Paris 7-Denis Diderot
Intervention: Antoni Collot, artiste, Université de Lorraine

Dialogue ouvert (convives)
Cuisiniers: Ana Rodríguez Ludeña et Matías Cortese Photo: Alexis Moreano


L´ Effet Humboldt, París.